SOUTENIR LES RÉSIDENTS ET LES SALARIES DU FOYER ALBERT THOMAS

1701_logo_albert_thomas

Le 22 décembre dernier, le Tribunal de Grande Instance de Tours a décidé la liquidation judiciaire de «l’association Albert Thomas », gestionnaire du foyer d’urgence Albert Thomas (accueillant 36 résidents) et bailleur d’appartements représentant 21 places d’hébergement d’urgence. Cette liquidation peut entraîner de facto l’expulsion des 36 résidents actuels du Foyer.

Une solution d’accueil temporaire et inadaptée a été proposée par “les autorités” avec la mise à leur disposition par la Ville de Tours d’un gymnase. Cette proposition est indigne et ne constitue en aucun cas une réponse pertinente alors que les locaux même du foyer, qui appartiennent à la Ville de Tours, sont conçus et
équipés pour accueillir des personnes dans un hébergement stable et durable. Alors qu’au contraire, dans un gymnase, les accueillis doivent quitter celui-ci entre 9h et 18h, ce qui est inconcevable dans les conditions climatiques actuelles et alors que la santé de certains nécessite la permanence
de leurs soins.

Nous, “comité de soutien citoyen aux résidents du foyer Albert Thomas”, réclamons l’application immédiate de la loi DALO, qui reconnaît à la personne bénéficiant d’un hébergement d’urgence un « droit au maintien dans les lieux », selon le principe dit de continuité. Le non-respect de ce droit engagerait la responsabilité du représentant de l’État dans notre département, en la personne du Préfet d’Indre et Loire. Ce droit a pour effet que la personne accueillie peut rester dans la structure où
elle est hébergée jusqu’à ce qu’une solution adaptée à ses besoins la conduise vers une structure d’hébergement stable ou un établissement de soins, ou, mieux encore, vers un logement.

Nous demandons donc à la Mairie de Tours, propriétaire des lieux, d’autoriser les 36 résidents actuels à se maintenir dans les locaux constituant le Foyer Albert Thomas jusqu’à ce qu’une éventuelle solution alternative adaptée, durable et digne, leur soit dès que possible proposée.

Nous demandons également au Préfet que la DDCS 37 garantisse la pérennité des 36 places d’hébergement d’urgence disponibles sur le département :

  • en lançant dès maintenant un appel d’offre à d’autres associations gestionnaires pour la reprise de l’activité du Foyer,

  • lesquelles veilleront au respect de la décence de l’accueil,

  • se verront attribuer par les pouvoirs publics des moyens de fonctionnement suffisants

  • en veillant à ce que les libertés individuelles des résidents soient respectées

  • laquelle association devrait également s’attacher à la reprise des contrats de travail de l’équipe
    professionnelle en place actuellement, compétente et expérimentée.

Le principe de continuité a été acté pour les appartements extérieurs gérés jusqu’à sa liquidation par l’association Albert Thomas. Nous demandons qu’il en soit de même pour le foyer lui-même.

Par ailleurs, au regard de la situation dramatique de l’hébergement d’urgence dans le Département d’Indre et Loire, nous demandons que les 36 places d’hébergement déployées en urgence au gymnase de la Ville soient maintenues au profit d’autres personnes sollicitant le 115, lequel ne peut actuellement répondre à la demande faute de places d’hébergement d’urgence en nombre suffisant.

Quelques échéances importantes :

-mercredi 18/01 à 16h30 : soutien aux salariés

-vendredi 20/01 après midi « atelier banderoles et slogans »

-samedi 21/01 à 15h : manifestation au départ de Jean Jaurès

Le  » Comité citoyen de soutien aux résidents du Foyer Albert Thomas  »

soutienfoyeralbertthomas@gmail.com (téléphone : 06 75 47 19 10) auquel s’associent les organisations SUD Santé-Sociaux, SOLIDAIRES 37, JC 37, UEC 37, NPA 37, SDAS-FO 37, PCF 37, CGT 37, « Les Verts » 37, FSU37, LGBT 37, Le Ptit Kawa de Tours, Les Amis de Demain Le Grand Soir, ATTAC 37, PCOF 37, Alternative Libertaire 37, Resf37, « Touraine je t’aime », Chrétiens-Migrants, POID37, les » Insoumis Val de Brenne « , les salariés de « La Barque », CATDP.

 

Décès de Rémi Fraisse : le résultat de 2 mois de violences policières contre les opposants au barrage de Sivens.

Dans la nuit de samedi à dimanche, Rémi Fraisse, étudiant de 21 ans est décédé sur le site de Sivens, en marge de la manifestation qui a rassemblé plusieurs milliers d’opposants au barrage de Sivens.

Le NPA exprime ses condoléances et sa solidarité à la famille et aux proches de Rémi. Il exige que toute la lumière soit faite sur ce décès.

Ce drame est le résultat de 2 mois de violences policières croissantes envers les opposantEs au barrage. De peur de voir se multiplier les résistances comme à Notre-Dame-des-Landes, l’État cherche à briser par la violence et la criminalisation un mouvement qui s’étend et s’approfondit contre les grands projets nuisibles imposés.

Ce passage en force est d’autant plus scandaleux que le rapport d’expert sorti ce jour établit que « le choix d’un barrage en travers de la vallée a été fait sans réelle analyse des solutions alternatives possibles », pointe une évaluation « contestable des besoins réels » et juge «de qualité très moyenne» l’étude d’impact. Il donne raison à celles et ceux qui s’opposent depuis le début à ce projet.

​Le NPA 37 appelle à participer au rassemblement qui est organisé ce mercredi 29 octobre à Tours, à 18h30 place Jean Jaurès pour rendre hommage à Rémi et dénoncer les violences policières.

Voir les appels locaux à se rassembler pour Rémi Fraisse et en soutien à la Z.A.D. du Testet sur le site collaboratif d’informations locales La Rotative : Rassemblements en soutien à la ZAD du Testet à Tours et Loches.

 

Trêve à Gaza : la mobilisation tourangelle se poursuit !

Communiqué unitaire des organisations associatives, syndicales et politiques – dont le NPA37 – engagées dans le mouvement local de solidarité avec le peuple Palestinien, appelant à un rassemblement ce samedi 30 août à 16h Place Jean-Jaurès, puis à une grande manifestation le samedi suivant.BDS arrivée manif Tours 190714

« L’ensemble des organisations participant à Tours au mouvement de solidarité avec le peuple palestinien accueille avec soulagement, mais aussi avec vigilance, la fin annoncée des bombardements et la levée partielle du blocus de la bande de Gaza. Un tel accord, historique puisque jamais l’État d’Israël n’avait auparavant envisagé d’alléger le blocus, ne peut que constituer un point d’appui vers la pleine reconnaissance des droits fondamentaux du peuple palestinien. Dans cette perspective, nous rappelons que rien ne saurait être réglé tant que ne seront pas garantis la levée totale du blocus de Gaza, l’arrêt immédiat de la colonisation et de l’occupation, l’arrêt immédiat de la répression en Cisjordanie et à Jérusalem et le droit au retour pour tous les réfugiés palestiniens. Continuer la lecture

Soutien au peuple palestinien samedi 23 août 16h Pl. Jean-Jaurès

DoudousRassemblement de soutien au peuple palestinien ce samedi 23 août à 16h Place Jean-Jaurès, lors duquel nous rendrons particulièrement hommage aux plus jeunes victimes : « Ici les enfants perdent leurs doudous, à Gaza ce sont les doudous qui perdent leurs enfants » ! Venez nombreuses et nombreux, avec vos drapeaux palestiniens et des « doudous » (peluches)…
Continuer la lecture

Tours toujours solidaire du peuple palestinien samedi 9 août

Les organisations associatives, syndicales et politiques -dont le NPA37- inscrites dans le mouvement local de solidarité avec les gazaouis martyrisés et le peuple palestinien opprimé appellent à un nouveau rassemblement samedi 9 août, à 16H place Jean Jaurès à Tours :

Halte aux massacres à Gaza

  • Levée du blocus de Gaza, élément capital pour la résistance palestinienne dans cette phase de négociation.
  • Soutien au dépôt de plainte de la Palestine auprès de la Cour Pénale Internationale de la Haye :  halte aux intimidations pour que cette plainte ne soit pas déposée, pétition à signer.
  • Soutien à la campagne BDS.
  • Rappel des différentes résolutions de l’ONU non appliquées depuis 1947.

 

 

Continuer la lecture

Les cinémas Studio à Tours en danger

Les cinémas Studio à Tours (37) en danger

L’installation d’un mégaplexe au nord de Tours, dans une ville qui compte déjà 27 salles pour 139000 habitants, annonce la mort plus ou moins lente des Studio,un cinéma associatif, militant qui est née il y a 50 ans en mars 1963. 19 salariés, 60 bénévoles et 200 correspondants (qui sont le relais dans les entreprises et les établissements scolaires) font vivre cette structure.

Continuer la lecture