La catastrophe de Tchernobyl dure depuis 33 ans.

« Tchernobyl, on voudrait l’oublier, car la conscience humaine a capitulé devant cette catastrophe.
Tchernobyl est devenu le cataclysme de la conscience. Tout l’univers de nos valeurs et de nos représentations a explosé ». Svetlana Alexievitch, écrivaine, autrice de La Supplication (Lattès, 1998), consacrée à Tchernobyl.

La catastrophe de Tchernobyl dure depuis 33 ans.
On n’oublie pas celle de Three Miles Island et de Fukushima.
En France aussi, un accident est possible !

UNE CATASTROPHE SANS FIN

Le bilan de la catastrophe est encore difficile à établir d’autant plus qu’elle n’est pas terminée. Il règne dans le domaine du nucléaire, qu’il soit militaire ou civil la plus grande opacité.

Une grande partie des substances rejetées resteront radioactives pendant des siècles. Comme elles s’infiltrent progressivement dans le sol, celles-ci continueront à contaminer les produits agricoles pendant des décennies. Par ailleurs, les substances absorbées par les populations lors du passage du nuage ont démultiplié la fréquence de certaines maladies.

Loin d’être épargnées, les générations nées après 86 sont de plus en plus touchées, attestant du caractère héréditaire et dégénératif de certaines pathologies. Les malformations cardiaques congénitales chez les enfants de la région de Minsk sont maintenant 10 à 20 fois supérieures à la normale.

Plus que jamais, il est urgent que soient publiées et diffusées largement les études sanitaires rendant compte des conséquences de cette catastrophe.

EN FRANCE, UNE SITUATION PRÉ-ACCIDENTELLE ?

À l’occasion de ce triste anniversaire, nous rappelons que la France n’est pas à l’abri d’un tel accident majeur aux conséquences dévastatrices (comme l’admet l’Autorité de sûreté nucléaire elle-même). Entre vieillissement des installations, découvertes de milliers d’anomalies et maintenance défectueuse sur de très nombreux sites, un cocktail explosif se prépare.

Pourquoi Cigéo – enfouissement des déchets à BURE -, projet imposé aussi cher que dangereux ?

EDF SA envisage la construction d’une piscine d’entreposage à proximité de la centrale nucléaire de Belleville, pour accueillir le combustible MOX usagé. Située en zone inondable et au beau milieu du vignoble du Sancerrois, ce projet de nouvelle installation nucléaire constitue une aberration de plus.

En solidarité avec les victimes de Tchernobyl et pour alerter sur le risque nucléaire en France, faisons de ce triste anniversaire un temps de mobilisation pour exiger une sortie du nucléaire et une réelle transition énergétique !

Rassemblement du samedi 27 avril place Jean Jaurès.

Sortons du nucléaire maintenant : Pour aller plus loin.
Articles

Réunion publique « Gilets jaunes, résistances aux violences d’État »

Communiqué du Comité de Défense des Victimes des Violences Policières 37 (CDVVP37).

Le Comité de Défense des Victimes des Violences Policières 37 (CDVVP37) organise une réunion publique le mercredi 24 avril 2019 à 19h au centre de vie du Sanitas à Tours.

Vous êtes invités à venir nombreux pour vous informer, débattre et réagir à une situation inédite à Tours et en France. En effet, depuis le 17 novembre 2018, dans le contexte du mouvement des Gilets Jaunes, d’innombrables blessures, des mutilations et même la mort ont été infligées par les forces de l’ordre à des personnes qui manifestaient, passaient, habitaient là. Est-ce là du maintien de l’ordre, et si oui, de quel ordre ? Quel est le sens politique d’une telle utilisation de la force publique ?

Des arrestations arbitraires, des confiscations illégales, des gardes à vue abusives, des comparutions immédiates et des condamnations délirantes se succèdent. Est-ce là l’indépendance de la justice ? Là encore, comment ne pas voir le caractère politique d’une telle répression judiciaire ?

Depuis des décennies, des agents usent et abusent de la force publique dans des opérations visant régulièrement les gens des quartiers, du voyage, les minorités, les pauvres, les exilé·es… ou celles et ceux qui osent se révolter contre les injustices et inégalités.

La contestation sociale d’envergure que représente le mouvement des Gilets Jaunes révèle la généralisation et l’aggravation du problème. Alors que de nouvelles législations font sans cesse reculer nos libertés publiques, que l’intégrité des manifestant·es et des citoyen·nes est toujours plus menacée par la violence de l’État, tout le monde est concerné.

Continuer la lecture

La ZAD de Notre Dame Des Landes toujours en lutte pour son avenir

Après l’abandon de l’aéroport face à un mouvement aussi offensif que massif où des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées régulièrement pendant des années, le gouverne.ment a tout mis en œuvre pour se venger et mettre un point final à des années d’expérimentations collectives insolentes. Une série d’attaques militaires, administratives, politiques et judiciaires ont amputé une partie de la zad. Certes le gouverne.ment a cédé, il n’y mettra pas de béton mais il fera tout pour y réintroduire des formes d’agriculture et de propriétés classiques libérales, incompatibles avec la préservation réelle de cette zone humide maillée de multiples haies.

Ainsi Le maintien des activités agricoles mises en œuvre par celles et ceux qui ont protégé le bocage est toujours menacé. Certaines parcelles sont en effet aujourd’hui revendiquées par les agriculteurs ayant accepté de les céder pour le projet d’aéroport et de toucher des compensations financières tout en retrouvant des terres à l’extérieur. Ce qu’il faut savoir aussi c’est que seul 170 hectares sont concernés par un projet sur les 1650 de départ

Sur cet espace préservé sauvegardé, nous avons à défendre l’existence d’une paysannerie solidaire, face aux critères et normes d’une agriculture gangrenée par le productivisme. Parmi ce que l’histoire de la zad a offert de plus précieux, il y a le développement d’une pratique des communs et la possibilité de prise en charge collective d’un territoire par ses usagers réels sans subir de plans d’aménagement parachutés. Elle a fait naître des manières de vivre et de cultiver qui ont la particularité rare de ne pas dégrader perpétuellement leur environnement.

La ZAD de Notre Dame Des Landes reste une terre de résistances et comme partout ailleurs ce qui se décidera dans des bureaux dépendra comme toujours de la présence d’un mouvement vibrant et actif de soutien et de lutte.

TERRES COMMUNES :

MOBILISATION SUR LA ZAD DU 29/30 SEPTEMBRE

Marche pour la Justice et la Vérité « contre le racisme, les violences policières, la hogra, la chasse aux migrant-e-s »

>>> MOBILISATION :

Nous appelons à manifester le 19 mars pour la Justice et la Dignité parce que :

>> La revendication légitime de Vérité et de Justice portée par ces familles victimes de violences policières doit être soutenue.

>> La banalisation des discours, des actes racistes et leur caractère structurel sont inacceptables.

>>    Les droits démocratiques doivent être défendus face à l’Etat d’urgence et des mesures liberticides qui touchent particulièrement celles et ceux qui subissent le racisme.

>> L’accueil des migrant-e-s dans des conditions dignes et la régularisation de tous les sans papiers doivent être opposés à l’Europe forteresse.

Théo et Adama nous rappellent pourquoi Zyed et Bouna couraient…

A Tours :

 

 

 

 

 

A Paris :

Jeudi 9 Mars à 18h,
Rassemblement place de la Liberté

« Contre le racisme, les violences policières, la Hogra, la chasse aux migrant-e-s »
en solidarité avec Adama Traoré, Théo et toutes les victimes de violences policières.
Vendredi 17 mars à 20h,
Réunion publique
Foyer des cheminots, 11 rue Blaise Pascal à Tours. En face la gare Côté Tram. Arrêt Tram « Gare de Tours ».
Dimanche 19 mars à 14h,
Paris/Nation

Marche pour la Justice et la Vérité « contre le racisme, les violences policières, la hogra, la chasse aux migrant-e-s »
Départ collectif organisé depuis ToursInscription et Renseignements : 06.75.47.19.10
solidaires37@orange.fr

Toutes et tous dans le même bateau !

La situation des personnes exilées sur notre territoire ne s’améliore pas, que ce soit pour les demandeurs et demandeuses d’asiles, les dubliné-es, les débouté-es et tous les autres…. L’Etat ne respecte pas ses engagements et les pouvoirs publics fuient leurs responsabilités.

En Touraine, tout s’accélère depuis le début de l’hiver :

  • Depuis la liquidation de l’association Accueil Albert Thomas le 22 décembre, le foyer est en situation d’autogestion, la solidarité palliant les manquements des autorités. Les résidents sont pourtant contraints de continuer à payer 120 € de frais d’hébergement chaque mois ! Le 8 février, la Croix-Rouge Française a été choisie par la DDCS 37 (Direction départementale de la Cohésion Sociale) comme repreneur du foyer. Même si celle-ci refuse de communiquer son projet écrit, elle a néanmoins fait l’annonce de la dégradation des conditions d’accueil et d’accompagnement (non reprise des résidents, fermeture la journée entre 8h et 18h, obligation journalière de rappeler le 115, diminution des effectifs et non reprise des salariés compétents et expérimentés dans l’accompagnement.

 

  • Malgré la promesse qui leur avait été faite par le ministre de l’intérieur lors du démantèlement du camp de migrant-es à Calais, les résidents des CAO de Saint Pierre des Corps et de Grandmont reçoivent chaque jour de la part de la Préfecture d’Indre et Loire des procédures dites « Dublin), destinées à les expulser du territoire français. Cette situation est semblable à celle du CAO de Chinon, dont les résidents, à 80% dublinés, ont finalement été discrètement éparpillés suite à sa fermeture en février. La fermeture des CAO de Saint Pierre des Corps et de Grandmont sont annoncées d’ici la fin du mois de juin.

 

  • Un mois après Albert Thomas, c’est le café associatif La Barque qui se retrouve en situation de redressement judiciaire. Ce lieu de mixité et de lien social est important pour l’accueil de jour des sans domiciles fixes, des plus précaires mais aussi des habitant-es du quartier. Ces habitué-es et les salarié-es se retrouvent donc à assumer la mauvaise gestion des administrateurs, qu’ils et elles ont pourtant régulièrement dénoncée.

Face à cette situation, les comités de soutien et les résidents
des différentes structures concernées appellent
à un rassemblement le

jeudi 2 mars
à 17h30 place Jean Jaurès
afin de défendre collectivement les droits des personnes.

Nous revendiquons :

  • Le refus des reconduites des personnes ayant reçu une notification de transfert et l’abrogation des accords de Dublin,
  • La régularisation de toutes et tous,
  • Le droit au logement pour toutes et tous,
  • Le maintien de lieux en centre ville valorisant une société plurielle.

Les comités de soutien et les résidents des 3 structures concernées.

SOUTENIR LES RÉSIDENTS ET LES SALARIES DU FOYER ALBERT THOMAS

1701_logo_albert_thomas

Le 22 décembre dernier, le Tribunal de Grande Instance de Tours a décidé la liquidation judiciaire de «l’association Albert Thomas », gestionnaire du foyer d’urgence Albert Thomas (accueillant 36 résidents) et bailleur d’appartements représentant 21 places d’hébergement d’urgence. Cette liquidation peut entraîner de facto l’expulsion des 36 résidents actuels du Foyer.

Une solution d’accueil temporaire et inadaptée a été proposée par “les autorités” avec la mise à leur disposition par la Ville de Tours d’un gymnase. Cette proposition est indigne et ne constitue en aucun cas une réponse pertinente alors que les locaux même du foyer, qui appartiennent à la Ville de Tours, sont conçus et
équipés pour accueillir des personnes dans un hébergement stable et durable. Alors qu’au contraire, dans un gymnase, les accueillis doivent quitter celui-ci entre 9h et 18h, ce qui est inconcevable dans les conditions climatiques actuelles et alors que la santé de certains nécessite la permanence
de leurs soins.

Nous, “comité de soutien citoyen aux résidents du foyer Albert Thomas”, réclamons l’application immédiate de la loi DALO, qui reconnaît à la personne bénéficiant d’un hébergement d’urgence un « droit au maintien dans les lieux », selon le principe dit de continuité. Le non-respect de ce droit engagerait la responsabilité du représentant de l’État dans notre département, en la personne du Préfet d’Indre et Loire. Ce droit a pour effet que la personne accueillie peut rester dans la structure où
elle est hébergée jusqu’à ce qu’une solution adaptée à ses besoins la conduise vers une structure d’hébergement stable ou un établissement de soins, ou, mieux encore, vers un logement.

Nous demandons donc à la Mairie de Tours, propriétaire des lieux, d’autoriser les 36 résidents actuels à se maintenir dans les locaux constituant le Foyer Albert Thomas jusqu’à ce qu’une éventuelle solution alternative adaptée, durable et digne, leur soit dès que possible proposée.

Nous demandons également au Préfet que la DDCS 37 garantisse la pérennité des 36 places d’hébergement d’urgence disponibles sur le département :

  • en lançant dès maintenant un appel d’offre à d’autres associations gestionnaires pour la reprise de l’activité du Foyer,

  • lesquelles veilleront au respect de la décence de l’accueil,

  • se verront attribuer par les pouvoirs publics des moyens de fonctionnement suffisants

  • en veillant à ce que les libertés individuelles des résidents soient respectées

  • laquelle association devrait également s’attacher à la reprise des contrats de travail de l’équipe
    professionnelle en place actuellement, compétente et expérimentée.

Le principe de continuité a été acté pour les appartements extérieurs gérés jusqu’à sa liquidation par l’association Albert Thomas. Nous demandons qu’il en soit de même pour le foyer lui-même.

Par ailleurs, au regard de la situation dramatique de l’hébergement d’urgence dans le Département d’Indre et Loire, nous demandons que les 36 places d’hébergement déployées en urgence au gymnase de la Ville soient maintenues au profit d’autres personnes sollicitant le 115, lequel ne peut actuellement répondre à la demande faute de places d’hébergement d’urgence en nombre suffisant.

Quelques échéances importantes :

-mercredi 18/01 à 16h30 : soutien aux salariés

-vendredi 20/01 après midi « atelier banderoles et slogans »

-samedi 21/01 à 15h : manifestation au départ de Jean Jaurès

Le  » Comité citoyen de soutien aux résidents du Foyer Albert Thomas  »

soutienfoyeralbertthomas@gmail.com (téléphone : 06 75 47 19 10) auquel s’associent les organisations SUD Santé-Sociaux, SOLIDAIRES 37, JC 37, UEC 37, NPA 37, SDAS-FO 37, PCF 37, CGT 37, « Les Verts » 37, FSU37, LGBT 37, Le Ptit Kawa de Tours, Les Amis de Demain Le Grand Soir, ATTAC 37, PCOF 37, Alternative Libertaire 37, Resf37, « Touraine je t’aime », Chrétiens-Migrants, POID37, les » Insoumis Val de Brenne « , les salariés de « La Barque », CATDP.

 

49-3 pour la Loi Travail : Censurons ce gouvernement et sa politique

Paris, le 9 avril 2016. Manifestation contre la loi travail.

Le gouvernement vient de décider de passer en force, d’utiliser la méthode du coup d’Etat en recourant à l’article 49-3 de la Constitution pour faire adopter la loi travail sans vote.

L’épreuve de force est désormais plus que jamais engagée !

La loi travail n’est ni amendable ni négociable, le gouvernement n’a aucune légitimité pour l’imposer à une population qui la rejette massivement.

Faute d’avoir convaincu ses propres parlementaires,  il se livre au chantage : soit la loi travail, soit la censure du gouvernement. Ce gouvernement n’est plus légitime ni pour la population ni chez les travailleurs ni à gauche . Sans aucune hésitation : dégageons-le et pour cela amplifions les mobilisations.
Le gouvernement refusait de « céder à la rue ». C’est à la rue, à la mobilisation de dire à ceux qui veulent imposer la destruction du Code du travail qu’ils ne nous représentent pas.

Pour toutes celles et ceux qui refusent la loi travail, salariéEs, précaires, chômeurs/euses, lycéenNEs et étudiantEs, c’est le moment d’y aller toutes et tous ensemble.

Retrouvons nous dès ce soir massivement devant l’Assemblée Nationale !

La journée de mobilisation du 12 mai prend une autre dimension, elle doit être une vraie journée de grève interprofessionnelle  pour commencer à  bloquer le pays pour censurer le gouvernement et sa loi. Dans la foulée occupons les places pour décider ensemble des suites de la mobilisation pour gagner.

 

Montreuil, le 10 mai 2016

Avec les Grecs ce jeudi 2 juillet à Tours

Jeudi 2 juillet à 18h30 place Jean Jaurès, rassemblement pour un soutien sans faille au peuple Grec, pour la démocratie en Europe.

A l’appel d’ATTAC, de CATDP, d’EELV, d’Ensemble !, du MRC, du NPA, de Nouvelle Donne, du PCF et du PG.

L’Europe est à la croisée des chemins. La Troïka ne cherche pas seulement à détruire la Grèce, elle s’en prend à nous tou.te.s. Il est grand temps de nous dresser contre le chantage des élites européennes.

Dimanche prochain, le peuple grec a la possibilité de refuser l’austérité, et de choisir la voie de la dignité, dans l’espoir d’une autre Europe. En ce moment historique, chacun de nous doit prendre position.

antik296_la_une_OXIPour nous, c’est NON à l’austérité, à la réduction des pensions de retraites et à l’augmentation de la TVA, C’est NON à la pauvreté et aux privilèges C’est NON au chantage et au démantèlement des droits sociaux. C’est NON à la peur et à la destruction de la démocratie.

Pour nous, c’est OUI à la dignité, à la souveraineté, à la démocratie, et à la solidarité avec les citoyen.ne.s grecs.

Continuer la lecture

Stop cette politique de casse sociale !

Après le 9 avril et le 1er mai, mettre un coup d’arrêt cette politique de casse sociale !

La Regression MacronEn 2015, le gouvernement de Hollande et Valls poursuit sa politique d’austérité, répressive, sécuritaire et raciste, qui ne profite qu’au patronat et à l’extrême droite.

Non à la répression de l’État, défendons nos droits !

Continuer la lecture

Retour sur la soirée du 16 avril (collectif Stop Tafta de Touraine)

Viale Frederic TaftaLe Collectif STOP TAFTA de Touraine, qui regroupe plus de 15 structures associatives, politiques et syndicales, a organisé le 16 avril dernier une conférence sur le GRAND MARCHE TRANSATLANTIQUE (TAFTA en anglais) : Une menace pour les consommateurs, les PME, le monde agricole, et la démocratie ?

Animée par Frédéric VIALE, économiste membre de la commission Europe d’Attac France, cette conférence a eu une audience à la mesure des inquiétudes ressenties par la population puisqu’elle a accueilli plus de 380 auditeurs dans la salle des Fête de St Pierre des Corps, commune placée hors TAFTA par son Conseil Municipal.

Continuer la lecture