Stop cette politique de casse sociale !

Après le 9 avril et le 1er mai, mettre un coup d’arrêt cette politique de casse sociale !

La Regression MacronEn 2015, le gouvernement de Hollande et Valls poursuit sa politique d’austérité, répressive, sécuritaire et raciste, qui ne profite qu’au patronat et à l’extrême droite.

Non à la répression de l’État, défendons nos droits !

La loi sur le renseignement, censée lutter contre le terrorisme, autorisera une surveillance de nos données téléphoniques et informatiques  et étend le champ des activités de renseignement afin de « prévenir des violences collectives de nature à porter gravement atteinte à la paix publique ». Elle vise l’ensemble de nos mobilisations. Adoptée en procédure d’urgence, cette loi attaque les libertés fondamentales comme la présomption d’innocence, la liberté de réunion ou d’expression.

Dans le même temps, le gouvernement révoque des militants syndicaux pour faits de grève, condamne ceux et celles qui résistent contre les grands projets inutiles comme le barrage de Sievens et essaye même de faire interdire notre solidarité pour la Palestine.

Ce gouvernement s’inscrit dans la politique de fermeture des frontières de l’Union Européenne et refuse de fait le droit d’asile à celles et ceux qui fuient les guerres et la misère, alors qu’au Népal, la misère transforme un puissant séisme en catastrophe humaine. Il criminalise l’immigration, tandis qu’au même moment le naufrage dramatique d’un bateau en Méditerranée amène à la « disparition » de 800 migrants.

9 avril, 1er mai…Ce n’est qu’un début

Le 9 avril dernier, près de 300 000 manifestants  étaient en grève et dans la rue contre la loi Macron, contre la politique en faveur  du patronat et des plus riches du gouvernement. Une seule journée, tout le monde le sait, ne sera pas suffisante pour lui mettre un coup d’arrêt. Les luttes locales ou sectorielles comme celles de l’éducation nationale  avec la grève prévue le 19 mai contre la réforme des collèges ou encore celles des mobilisations pour les salaires, contre la dégradation des conditions de travail, contre les licenciements peuvent donner une nouvelle impulsion.

Contre la loi Macron et les suivantes, préparer l’affrontement

Pour impulser la réplique nécessaire au 9 avril, la prochaine réunion intersyndicale devrait déboucher sur une mobilisation en juin. C’est tard, alors que la loi Macron aura déjà été votée au Sénat et que celle relative au dialogue social, qui baisse le nombre de représentants du personnel et affaiblit le CHSCT, sera déjà en discussion au Parlement…

Grèves dures dans le nettoyage, agitation pour l’augmentation des salaires depuis plusieurs semaines chez Carrefour Market, deuxième mois d’occupation à Sambre-et-Meuse, journée de grève contre la réforme du collège le 19 mai… La braise est là qui couve sous la cendre. Aux équipes syndicales combatives et à tous les travailleurs en lutte de « souffler sur quelques lueurs pour faire de la bonne lumière ». Les mobilisations, aujourd’hui encore isolées, doivent converger pour peser sur le gouvernement et le patronat.

Plus largement, ce qui doit s’exprimer, c’est la volonté de s’affronter avec ce gouvernement, d’en finir avec ce système qui fait faillite et l’affirmation d’un autre projet de société.

Tract du NPA37-Comité Tours diffusé en mai 2015

« Le 12 mai dernier, le Sénat, dominé par la droite, a donc voté la loi Macron, passablement durcie avec l’abstention du groupe socialiste (voir l’Anticapitaliste n° 289). L’intersyndicale nationale, qui regroupe CGT, FO, FSU et Solidaires, se réunissait le même jour et a décidé de se revoir le 8 juin. Malgré le succès du 9 avril, elle a manifestement renoncé à toute nouvelle mobilisation nationale. (…)

Le projet de loi reviendra à l’Assemblée nationale en seconde lecture le 15 juin, le vote définitif étant prévu le 7 juillet. Il reste encore du temps pour décider de nouvelles actions revendicatives (pourquoi pas une manifestation en soirée alors que Macron veut nous faire travailler après 21 h ?), voire que la mobilisation se cristallise dans le secteur du commerce. »