« C’est au Tour(s) du peuple » dans la presse locale

La liste pour l’alternative de gauche sociale et écologique « C’est au Tour(s) du peuple ! », soutenue à Tours pour les municipales 2014 par le NPA37, dans la presse locale (voir aussi le site de la liste pour une revue de presse plus exhaustive).

« (…) Claude Bourdin a commencé son propos par la mesure phare de sa liste : La gratuité des transports en commun. Une nécessité selon lui, bénéfique pour la santé et pour la sécurité routière. Cette mesure est estimée à 20 millions d’euros par an et peut être financée en faisant des économies sur les grands projets d’après Claude Bourdin, qui en a profité pour pointer du doigt les projets de télécabines des écologistes et de Jean Germain.

Selon lui, il faut également revoir le maillage du réseau Fil Bleu, bien moins performant depuis qu’il a été repensé pour l’arrivée du tramway. Le candidat de gauche s’est dit aussi pour une liaison entre les deux gares via des navettes régulières (toutes les dix minutes). (…)

Retrouver l’intégralité de l’article sur le blog « Du Trash et des Baisers » de Matfanus, ou écouter l’intégralité de l’enregistrement audio de l’émission, mis en ligne sur le blog « Des Ô et Débats.

 C’est au Tour(s) du peuple ! ”, qui compte dépasser les 10 % au premier tour, affiche parmi ses mesures phare la gratuité des transports en commun.

Des porte-parole de la liste (Johann Elbory, Antonin Béranger, Fanny Puel, Claude Bourdin, Nicole Feldman) et Rita, venue présenter le Collectif 37 des Citoyens Sans Droits le 13/03/14.

Des porte-parole de la liste (Johann Elbory, Antonin Béranger, Fanny Puel, Claude Bourdin, Nicole Feldman) et Rita, venue présenter le Collectif 37 des Citoyens Sans Droits le 13/03/14.

A ceux qui pouvaient encore en douter, Claude Bourdin a apporté hier soir un vigoureux démenti :la liste « C’est au Tour(s) du peuple ! » qu’il conduit ne s’est pas lancée dans les municipales pour faire de la figuration. « Notre ambition, c’est de dépasser les10 % au premier tour pour avoir des élus qui défendront nos propositions. Et c’est possible ! », a assuré le chef de file de cette « alternative de gauche sociale et écologique », lors d’un meeting de campagne, auquel ont pris part une petite centaine de personnes, au centre de vie du Sanitas.

Pas d’alliance avec le PS

Comme l’a rappelé Fanny Puel, en deuxième position sur cette liste ratissant large à gauche (*), la ligne de conduite politique n’a effectivement pas changé : la formation restera indépendante du PS, au premier comme au second tour. Toute alliance est donc exclue avec les socialistes, aux commandes de la ville depuis 1995. « Il faut une autre politique à Tours », a d’ailleurs martelé Claude Bourdin qui, avec ses colistiers, espère rallier un vaste électorat avec des propositions fédératrices.
L’une des plus emblématiques ? La gratuité des transports en commun. Et, selon lui, cela n’a rien d’utopique. « Elle coûterait 18 M€ par an, mais ce serait financé par les 32 M€ du versement transport des entreprises », avance le candidat. Dans son programme, « C’est au Tour(s) du peuple ! » promet aussi de « redonner du pouvoir aux citoyens ». Cette volonté se concrétiserait, notamment, par la mise en œuvre de référendums citoyens impliquant les habitants sur les grands projets.

Nicole Feldman intervenant pour le NPA37, lors du meeting de la liste "C'est au Tour(s) du peuple" le 13/03/14.

Nicole Feldman intervenant pour le NPA37, lors du meeting de la liste « C’est au Tour(s) du peuple » le 13/03/14.

« Aujourd’hui, on a un maire autocrate qui décide des choses dans son cabinet », fustige la tête de liste. Celle-ci milite également pour la création de « conseils participatifs de quartier dotés de budgets de fonctionnement et d’investissement conséquents, gérés par les habitants eux-mêmes ». Rien à voir avec les actuels conseils de la vie locale (CVL), présentés comme « des simulacres de démocratie ».
Forte d’une trentaine de propositions, « C’est au Tour(s) du peuple ! » va désormais redoubler d’efforts dans la dernière ligne droite, avec un gros travail de terrain. Histoire de faire « mentir » les récents sondages, qui la créditent de 5 à 9 % d’intentions de vote au premier tour.

(*) On y retrouve des membres du NPA, du Parti de gauche, d’Ensemble, des non encartés, ainsi que des militants associatifs et syndicaux.»

Johan Guillermin

 

Photo NR, Patrice Deschamps

La liste « C’est au Tour(s) du peuple » : « Une autre démocratie est possible. » – (Photo NR, Patrice Deschamps) – Cliquer sur l’image pour accéder à l’article sur le site de la Nouvelle République.fr

« La liste “ C’est au Tour(s) du peuple ! ” était réunie hier soir, au centre de vie du Sanitas pour rappeler ses engagements de campagne et ses grands projets.

Plus qu’une présentation de liste officielle, c’est à une véritable table ronde à laquelle se sont adonnés les colistiers de « C’est au Tour(s) du peuple ! » (*), hier soir, au centre de vie du Sanitas, à l’image de cette liste issue « de l’unité de la gauche radicale », comme l’a précisé Antonin Bérenger, d’Ensemble. Une liste « à gauche du PS, capable de monter un projet collectif. Notre premier succès. Une vraie alternative de gauche », a complété Fanny Puel, sans étiquette, deuxième de la liste.

«  Les transports en commun gratuits  »

Claude Bourdin, actuel conseiller municipal de gauche, ancien membre (déçu) du Parti socialiste, mène « cette liste de gauche, social et écologique ». Il assure : « Nous voulons redonner du pouvoir aux citoyens, mettre en place des referendums locaux décisionnels et des conseils participatifs avec des budgets conséquents de fonctionnement et d’investissement. » Le proverbe « l’argent est le nerf de la guerre » guide-t-il également les inspirations municipales de la liste « C’est au Tour(s) du peuple ! » (*) ? Sur le tract distribué hier soir, et repris à l’oral, les finances publiques – plutôt, les financements publics – semblent un bon fil conducteur des engagements : « D’autres choix sont indispensables ! Les financements existent ! »
Claude Bourdin avançant les économies possibles sur les grands projets à venir sur la ville : la Cité gastronomique ou le projet du centre Olivier-Debré mais également grâce « au passage en régie municipale de tous les services publics » tout en réclamant « un audit citoyen des finances de la ville ».
Sans oublier un élément phare du programme : les transports en commun gratuits. Comme l’a lancé Johann Elbory (Parti de gauche) : « Tout commence maintenant. Il y a un vrai potentiel à gauche à Tours. Il faut convaincre les abstentionnistes de gauche qui se détournent du PS. » Objectif « deuxième tour » annoncé.

 (*) Soutenue par le Parti de gauche, Ensemble, Nouveau parti anticapitaliste. »
(…) Samuel Magnant (retrouver la version intégrale de l’article sur le site de la NR)